La ville de Bukavu face au Corona virus, Covid-19

La ville de Bukavu face au Corona virus, Covid-19

Irene BAHATI, Innocent BALAGIZI KARHAGOMBA & Godefroid MUZALIA Kihangu

Contexte général

Actuellement, la ville de Bukavu est habitée par 1,400 000 personnes sur un espace officiel de 41La ville de Bukavu face au Corona virus, Covid-19 1 (Mairie de Bukavu, 2019). Avec le remplissage de la ville, les conditions sanitaires et alimentaires sont très précaires pour couvrir les besoins de chacun et aussi l’espace physique est entamée jusqu’à la couverture des zones impropres à l’occupation humaine. Les politiques locales pour l’habitat sont faibles à tel point que la vie coule sans se soucier de ce qui va se passer le lendemain.

En effet,  dès l’apparition du premier cas de Covid-19  en  RD Congo, des mesures radicales ont été prises pour la lutte contre la propagation du virus.  Dans son discours du 18 Mars 2020, le chef de l’Etat a annoncé une série de décisions importantes (fermeture des écoles primaires, secondaires et des universités ; …les gestes barrières…). Ces mesures ont été aussitôt relayées par l’autorité provinciale à Bukavu. Entre temps, le Rwanda voisin, déjà affecté, a fermé ses frontières avec la RD Congo ; des frontières du reste très vitales pour la ville de Bukavu qui dépend énormément de la commune voisine de Cyangugu (Rwanda) pour les produits de première nécessité. La ville de Kinshasa enregistre ses premiers morts  dès le 20 Mars 2020 en même temps que les nouveaux cas de contamination se multiplient. Le chef de l’Etat est alors obligé de proclamer un « État d’urgence sanitaire » le 24 Mars 2020.  La population de Bukavu est contrainte au confinement comme partout dans le monde. Du coup, des défis majeurs surgissent.

Ainsi, comment une population paupérisée et vivant « au taux du jour » pourrait-elle respecter le confinement total ? Pire encore, les autorités provinciales à leur tour ont proclamé l’isolement de la ville de Bukavu de ses territoires ruraux qui contribuaient tant soit peu à l’approvisionnement de la ville en vivres. Quelles en sont les mesures d’accompagnement pour garantir la sécurité alimentaire de la population  sachant que  l’économie congolaise est en grande partie extravertie ?

Dans ces conditions, la situation socio-économique, culturelle, religieuse,  hygiénique et sécuritaire devient critique. La débrouillardise pour survivre bat son plein. Déjà, comme depuis les années 2000, le secteur privé et informel prédomine pour survivre.  L’Etat se retrouve affaibli face à la prise d’une décision ferme pour l’exécution des politiques et les services de la police nationale manifestent une grande faiblesse technique et logistique pour accompagner l’exécution de l’ordre présidentiel pour garantir l’immunité collective. Ce qui débouche à la corruption. Aussi, l’arrestation en cette période de confinement de  Monsieur Vital Kamerhe, un homme politique populaire dans la ville de Bukavu, et président de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC) a négativement influencé la réussite des politiques de confinement, entachées des soulèvements et des regroupements des militants, avec comme corollaire « le confinement n’est pas  une solution adéquate aux grands maux ».  

Il sied de constater que la fermeture des frontières paralyse les activités commerciales à Bukavu dont principalement le petit commerce transfrontalier. L’inoccupation    des petits commerçants et leurs dépendants,  des handicapés et  des porte- faits qui font la traversée des diverses marchandises de deux côtés de la frontière constitue un problème majeur.  Partant de toutes ces conséquences, il y a lieu d’envisager, non seulement une insécurité alimentaire à Bukavu, mais également un accroissement du taux  de criminalité, du banditisme armé à cause du chômage de masse.  Bref,  la ville de Bukavu, pour nourrir ses millions de ses habitants, dépend à plus de 80% de la commune de Cyangugu (Rwanda), à travers le commerce transfrontalier – Un paradoxe, comment une commune peut nourrir toute une ville? Et que deviennent les villages lorsqu’ils sont coupés de la ville ? Donc, Il y a à la fois une forte pauvreté rurale et urbaine  et par conséquent, il est difficile de respecter le confinement. Des messages sont véhiculés par plus d’une personne à Bukavu pour réclamer et justifier ce déconfinement d’ordre socioéconomique. Certaines personnes déclarent même de vive voix que « hatuwezi kufa shiye bote na bile byabo, tunapashwa enda tafuta bienye tutakula » ceci pour dire « tous, nous ne pouvons pas mourir de leurs affaires, sinon, nous devons aller chercher de quoi manger ». Et d’autres encore « pahali fao iniuwe, au moins ile corona yabo inaniuwa, naenda angu tafuta 10Francs», pour dire « au lieu que je que meurs de faim, je préfère mourir de leur corona, je m’en vais chercher un 10Francs Congolais ».

De plus, il s’observe  une  dépendance alimentaire des milieux ruraux envers les milieux urbains (Muhinduka, 2000). Cette dépendance s’explique par plusieurs raisons dont la dégradation des routes  de desserte agricole,   l’insécurité dans les milieux ruraux et divers conflits qui poussent les populations rurales à l’exode rural (avec comme conséquence la surpopulation en ville), l’abandon du secteur agricole vers le secteur minier conduisant ainsi à des besoins alimentaires sans cesse dans la ville de Bukavu conduisant à une insécurité alimentaire. Bref il y a faiblesse de gouvernance environnementale.

Certains élus des peuples rentrent dans leur village pour soutenir les populations dépourvues des moyens de subsistances car depuis plus de dix ans maintenant, c’est la ville de Bukavu qui approvisionnent les villages en nourriture -un scandale, un paradoxe ! Quand on sait que sous d’autres cieux, c’est plutôt le mouvement inverse qui s’observe !

La vie sous confinement

Ce message est tombé rapidement sans une préparation technique des populations. Elle a causé plus de traumatisme psychologique pour le secteur informel dont les restaurants, les hôtels, le petit commerce … cependant, le coût de transport vers l’intérieur a doublé (distanciation dans le bus) et aussi influé sur le prix de la nourriture. La restriction financière a fait que plusieurs personnes souffrent de faim et en meurent sans que l’on s’en rende compte. Les services sociaux sont non fonctionnels et les services d’aides humanitaires, les églises ne sont pas épargnées car frappées, eux aussi des mesures appelant au confinement.

Les policiers et les services de sécurité s’activent pour décourager les personnes insoumises à cette loi. Malheureusement, ces policiers profitent de la situation pour agresser la population au lieu de la guider paisiblement ; un espace d’abus multiples s’ouvre. Curieusement, les marchés fonctionnent normalement, les supermarchés sont ouverts. Ce qui est bien car tout le monde peut se procurer à manger, mais c’est fort dangereux si le coronavirus s’improvisait car aucune mesure sécuritaire n’est mise en place dans ces endroits surpeuplés. Et lorsque cela est envisagé par les responsables desdites structures, c’est avec des moyens très rudimentaires.

Le port des masques

Le port de masque a été imposé à tous les habitants. Mais comment se procurer le bon masque ? Au moins chaque personne a son masque de protection peu importe le mode de fabrication. Face à l’ignorance sociale, tous les masques sont permis, pourtant la grande  peur est liée aux masques à polyéthylène qui peuvent être allergéniques pour simuler les infections à corona virus ou créer des malaises nerveux. Certaines personnes questionnées prétendent que le masque gène la respiration normale, que le masque crée des maux de tête…. mais les masques importés sont-ils vraiment sécures ?  Trop de questionnements autour de cela ! Ainsi chacun s’est fabriqué ses masques  en sa manière – mais tous ces masques garantissent-ils le blocage des aérosols ?

Fonctionnement des Eglises

Les églises sont fermées et les personnes ne sont pas autorisées d’y entrer. Chez les protestants, les pasteurs font des visites isolées à leurs fidèles. Les chrétiens catholiques suivent la messe sur la voix des ondes de la radio Maria. Chaque chrétien est sollicité pour prier chez soi avec sa famille.  La Pâques s’est mal passée et a manqué. Pendant la semaine sainte, rien n’a marché en termes de cultes et cérémonies religieux. Tout le monde attend que les églises ouvrent pour se convertir davantage. L’on comprend finalement que Dieu est plus grand et c’est lui qui dirige le Monde. La foi semble l’emporter aujourd’hui sur les convictions scientifiques. Et certaines bouches ne s’empêchent de dire : « A quelque chose, malheur est bon ».  Vu l’incapacité des grandes puissances à barrer la route à ce virus, seul Dieu demeure l’unique refuge.

Le fonctionnement des équipes de riposte

On ne sent pas leur présence sur terrain ni aux médias.  La population a plus les interactions négatives avec la police qui a créée des amendes autour des ports de masques. Les relais communautaires n’existent pas. Des messages sont diffusés sur des médias, réseaux sociaux  et sur les appels téléphoniques mais cela ne suffit pas. Cela fait à ce que la plupart des gens portent des masques, non pas par peur du virus, mais plutôt par peur de la police et des amandes.

La Distanciation sociale

Ceci est une nouvelle forme de pratique sociale à imposer mais qui est difficilement respectée à la suite de la culture africaine centrée sur « la chaleur humaine ».

Déjà dans une rencontre amicale, on note les masques. Pour aider la population, nous avons suggéré la consommation des clous de girofle ainsi que l’utilisation des eucalyptus pour désinfecter la gorge.

Le confinement et la distanciation sociale sont-ils alliés à la désobéissance socio-culturelle, à une aliénation mentale dans le contexte africain – au même moment que ces terminologies ne sont pas enregistrées dans aucun dictionnaire local, sauf en cas d’exclusion sociale ? C’est une marque de suicide sociale et de l’arrêt de l’identité culturelle, un moment de calvaire. Allons-nous vers une nouvelle mutation sociale, très egocentrique et individualisée ?  Cela devient compliqué car c’est inhabituel et non conforme aux réalités socio-culturelles.

Il est vrai, c’est très triste que même le deuil ne peut pas se faire comme avant. Les gens ont besoin de se rencontrer pour payer leur respect et pour avoir le réconfort mutuel. A ce moment tragique, on est déchiré entre deux nécessités : il y a la coutume qui demande qu’on soit ensemble au deuil  et il y a la loi qui demande la séparation. Rappelons-nous les uns les autres que la distanciation sociale n’est pas un but en soi, mais un moyen pour protéger les vivants. La longue période d’insécurité a déjà causé beaucoup de souffrance humaine et on ne veut pas risquer plus de morts. Malheureusement, cette pandémie est comme un autre membre d’une longue chaîne de fléaux. Et maintenant le confinement.

Entretemps, on a faim, on est pauvre – on doit quitter pour chercher ! «Obimi te, olya te ». Tu ne sors pas, tu ne mangeras pas. La question de survie est à la base d’un souci de déconfinement rapide et bien conditionné. Une raison de trouver plusieurs personnes dans la rue, dans les bureaux, au marché à la recherche des moyens de survie rapide.  

De la situation des enseignants et fonctionnement des écoles

Concernant les écoles, on a trois catégories d’enseignants, depuis les années 1997 : des enseignants payés par l’Etat (environ 40 %), des enseignants qui ont un numéro matricule mais non payés par l’Etat (NP), et des enseignants non reconnus mais payés par les primes de leurs institutions (NU). Longtemps ces catégories étaient payées par l’appui trimestriel des parents, mais depuis le mois de Septembre 2019, il a été annoncé le programme de gratuité de l’enseignement sans aucune mesure appliquée pour le paiement effectif des enseignants. Voilà qu’il y a un disfonctionnement scolaire accompagné des mouvements de grèves des enseignants. Autrement dit, cette année scolaire 2019-2020 est caractérisée par de grandes lacunes techniques et administratives.

Au 18 mars 2020, alors que les élèves de l’école primaire et du secondaire se préparaient pour les vacances devant débuter le 24 mars 2020 et les universités se préparaient pour aborder le second semestre, le Président de la République, Antoine Félix Tshilombo, soucieux de la bonne santé de tous, a annoncé le programme de confinement strict, du port des masques, le lavage des mains, de la distanciation sociale  et de la fermeture des frontières face aux attaques du Corona virus qui faisait déjà incursion à Kinshasa.

Considérations du confinement par des jeunes élèves, des étudiants et autres catégories sociales

Pour les jeunes élèves, ce sont des vacances scolaires que l’on a anticipées, mais l’on est privé des droits de visiter les membres des familles élargies.  Ils sont émerveillés de rester à la maison  et ne comprennent rien de l’arrêt brusque des cours, surtout pour ceux de l’école primaire. C’est pour eux l’occasion de jeter leurs cahiers, de sillonner les rues et  terrains de football pensant qu’ils ont eu des vacances de Corona au même titre que les vacances de Noël ou de Pâques.

Cette façon de voir de ces enfants appelle à  une responsabilité des parents, car les enfants  étant des êtres humains en développement et vulnérables, ont besoin de l’aide permanente d’une tierce personne (un adulte) afin de le guider et de le rendre utile à la société.

Malheureusement, les parents et même les autres adultes sont éparpillés par les conditions socioéconomiques difficiles à la recherche de la survie quotidienne, d’où il est quasiment impossible de se confiner avec les enfants à la maison et de leur expliquer la gravité de l’heure  que traversent actuellement les nations du monde. Aussi, certains de ces enfants par moment, participent  aux besoins ménagers de leurs familles en faisant le petit commerce dont la vente des sachets, des arachides, des légumes (pour ceux-là qui proviennent des milieux ruraux), des beignets, … il s’observe alors à tous les niveaux et à différents âges un déconfinement individuel et individualisé dû à la précarité des conditions socio- économiques.

Pour les étudiants, c’est un risque d’année blanche ; c’est la peur des cours pendant la saison sèche où il fait très chaud. Pour les enseignants, c’est une impasse – une situation critique pour rendre correctement sa tâche après confinement.

Du côté des commerçants, il s’agit d’un calvaire à surmonter. Parfois les marchandises sont bloquées au Rwanda ou manquent de preneurs (on n’achète pratiquement que la nourriture) et il est difficile de faire payer un crédit. Ici chez nous où les pasteurs dépendent des dimes et des offrandes provenant de leurs fidèles, il se manifeste un désespoir et une misère notoire. Certains pasteurs des églises dites de réveil envoient même leurs numéros Airtel money, Orange money, M-Pesa à leurs fidèles en vue d’obtenir d’eux des offrandes et dimes alors que les cultes ne sont pas organisés.   Les personnes ont tendance à se révolter et « se libérer »… !

Pour nous chercheurs, le confinement s’avère un moment propice pour « travailler pour soi-même et contribuer au changement social. C’est le bon moment de conception des projets et même de mise à jour des notes » car tout finira !!! On est souvent en dehors de nos familles pour aller réfléchir plus loin dans des coins stratégiques où la connexion internet est encore possible. Mais il faut payer plus cher, à boire ou à manger. On est endetté !

Imaginaire collectif 

Les habitants de la ville de Bukavu en grande partie ne sont pas convaincus de l’existence du Virus Covid 19 dans leur contrée. Sur base de leurs convictions, beaucoup de personnes  n’observent pas les règles hygiéniques malgré les mesures prises par les autorités provinciales  pour empêcher la propagation du virus.  Par exemple, un slogan, un mot d’ordre circule depuis l’apparition du virus. Ce slogan est : « restez chez vous ! », mais curieusement, la circulation est à la normale dans la ville de Bukavu.

Des anecdotes voient jour depuis l’annonce du virus Covid19. Ces anecdotes, ces inventions  proviennent de l’imaginaire collectif autour cette maladie, lequel imaginaire pousse de plus en plus les habitants de Bukavu, non seulement à ne pas respecter le confinement mais également, à vaquer librement aux activités de routine, dont la débrouillardise tel que nous le disions précédemment. En recoupant ces anecdotes, nous pouvons retenir : panique ile pour dire que c’est une fausse alerte ; ni cop tu  pour dire que c’est un espace d’opportunité pour les politiciens afin de bénéficier des financements des multinationales et de l’OMS; faux corona pour signifier que le vrai corona est ailleurs et non à Bukavu ;Ebola version améliorée ceci pour dire qu’Ebola n’a pas été un virus efficace pour décimer la population, alors il fallait en trouver une version plus améliorée dont la Covid 19 ; la fin du monde, certaines personnes à Bukavu sont convaincues que l’apparition de la Covid-19 n’est rien d’autre que la fin du monde ; 666, d’autres encore pensent que c’est la concrétisation de la marque de la bête 666 tel que dit dans le livre de l’Apocalypse. Et les jeunes élèves pensent que ce sont les vacances corona. 

L’équipe de Riposte contre le Corona virus

Cette terminologie est celle d’une société en guerre et qui doit faire la contre-attaque. Elle est constituée des personnes de bonne volonté qui contextualisent difficilement leur façon de riposte selon le contexte local. Les politiciens les emballent avec l’argent qui constitue leur leitmotiv et entraine toute leur bonne volonté. La riposte doit trouver son soubassement au niveau collectif – et tout le monde doit se sentir concerné car il en va de l’immunité collective contre ce virus.

Chaque famille devrait sentir la présence des riposteurs. Mais qui sont-ils ? Où sont-ils ? Et des questions simples qui surgissent reposent sur :

  1. La Responsabilité sociale
  2. La Citoyenneté responsable
  3. La Rédevabilité sociale

Pour clore, comment tournera la vie dans la phase post-confinement ? Le Corona virus est-ce une créature engagée pour dé-configurer les sociétés humaines ? Est-ce une nouvelle phase pour l’humanité?  Est- une alliance entre des forces invisibles de la Terre ?

Biographie sommaire

Convention portant sur la protection des droits de l’enfant en RDC, 2009 

Mairie de Bukavu, 2019. Rapport d’activité de gestion des déchets liquides.

   Muhinduka, D. (2000), « De la ruralisation de la ville de Bukavu : traits caractéristiques,    causes et conséquences », in Cahiers de CERPRU, n°14

Stany V. et al. (2014),  L’impact du commerce frontalier des produits alimentaires avec le Rwanda sur la réduction de la pauvreté des ménages de la ville de Bukavu (Sud-Kivu).

gecshceruki

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x